News

Les news ? Détends-toi, ça vient...

La groovidéo de l'étape
Get Adobe Flash player

161671 groovefans

letelegramme.png

Un « off » jusqu'à plus soif

Photo de presse

Contre vents et marées, les « Groove Boys » sont venus animer le parking de la gare de leur musique festive et de leurs costumes chamarrés.

Les caprices climatiques de la soirée de samedi n'ont pas réussi à ternir le premier festival « off » de Quimper, qui a réussi ses grands débuts sur le site du parking de la gare.


Aux hallebardes qui, tombant des nuages, s'en allaient larder Quimper, on répondait « Pourquoi ? ». Et le festival « off », premier du nom dans une ville aux sept collines bosselées par la pluie, faisait le dos rond; agonisant d'un coup de ce soleil brillant par son absence, et où la Bretagne ne se fait guère de place depuis le début de l'été.

Boire l'obstacle

Mais il était écrit que, cabochards et marins de surcroît, les Bretons ne se laisseraient pas intimider, samedi soir, par les bourrasques jupitériennes s'en venant assombrir l'humeur des organisateurs et les cieux quimpérois. Puisqu'obstacle il y avait, on allait s'inspirer, en voisins, des libations normandes du Fouquet d'Antoine Blondin, et boire cet obstacle.
De fait, tout débutait à 18 h, presque au sec, dans la torride ambiance du Stevenage, qu'alimentait de son « folk rock de Bretagne, d'Irlande et de la mer » le groupe « A l'abordage ». A chanter tous en chœur, ces intrépides matafs taquinant la morue au large de Terre Neuve, on commençait à la sécher. Les spectateurs faisaient la part belle au houblon et à leurs prestigieux aïeux, Surcouf, Dugay-Trouin et autres corsaires d'Armorique. A ces flots bus et ténorisés répondait alors le crachin breton. Et sur le parking de la gare, désert une heure durant, on faisait grise mine, pour cause de grisaille.


Griserie

C'était compter sans la griserie provoquée par l'arrivée des « Groove Boys ». C'est à ce moment qu'une nuée de Bretons, hermétiques aux intempéries, prenaient d'assaut l'avenue de la Libération et venaient danser sur une houle mélodieuse.
Pour réchauffer l'ambiance, les « Groove Boys » jouaient un alizé au féminin, cette charmante Lolita qui souffle un petit coup d'air frais dans les voiles de la chanson française. Les « Schocking Glass Window » et les « Doo the Doo » se chargeraient du reste. La soirée pouvait enfin commencer...

Lundi 19 juillet - Quimper